Dispositif Pinel : les villes à éviter pour investir

L’annonce de la prolongation du dispositif Pinel jusqu’au 31 décembre 2017 a été favorablement accueilli par l’ensemble de promoteurs et investisseurs immobiliers. Cette mesure vient en renforcement de la réduction de la TVA à 5,5 % accordée aux ménages sous certaines conditions ainsi que l’élargissement du Prêt à taux zéro (PTZ) depuis le 1er janvier 2016. Le taux immobilier très bas actuellement devrait également inciter les Français à acquérir un bien neuf et à le louer pendant une période déterminée.

Réduction d’impôt pour les logements locatifs

Grâce au taux du credit immobilier qui atteint un niveau plancher depuis le début de l’année, acquérir un bien neuf est actuellement accessible à presque tout le monde. Et il est encore possible de bénéficier d’une réduction de 12, 18 ou 21 % de son impôt sur le revenu en mettant le logement en location pour respectivement 6, 9 ou 12 ans.

Et pour rendre encore plus attractif ce dispositif, l’Etat a permis la location du logement à ses ascendants ou descendants pendant la période choisie par le propriétaire. Concrètement, le dispositif Pinel permet de réduire jusqu’à 63 000 euros son impôt sur le revenu en 12 ans.

Les villes à éviter   

Investir dans un logement neuf pour profiter du dispositif Pinel n’est pas sans risques. Car si l’investisseur a financé son acquisition par un emprunt immobilier, il convient d’être encore plus prudent. C’est ainsi que le Laboratoire de l’Immobilier a récemment étudié les communes  éligibles à ce dispositif. Cet organisme a ensuite sorti la liste des communes qui peuvent présenter des risques locatifs afin que les investisseurs prennent leurs dispositions.

Pour cela, le Laboratoire de l’Immobilier s’est basé sur 5 critères essentiels afin de sortir une liste de 25 agglomérations « à surveiller » et de 39 autres « à éviter » dans le cadre du dispositif Pinel. Ainsi, Angers, Toul, Metz, Alès, Quimper ou encore Tarascon font partie de la première catégorie. Vichy, Angoulême, Saint-Etienne, Béziers ou Avignon entrent par contre dans la seconde catégorie. Une extrême prudence est donc conseillée aux personnes qui contractent un credit immobilier dans le but d’investir dans un logement locatif dans ces agglomérations. En effet, il est possible que par faute de locataire, l’investisseur rencontre des difficultés pour régler les mensualités de son emprunt immobilier.